Valparaiso : ville bohème!

Valpo, pour les intimes, semble figée dans le temps et vit à son rythme. Le contraste est présent partout: entre les magasins modernes et les bâtiments à l’abandon, les cerro (quartiers) bobos et les cerro un peu plus ghettos, entre l’art et la défiguration de la côte par un énorme chantier naval… Tout cela fait de Valparaiso une ville à part. On la déteste ou on l’adore mais elle ne laisse pas indifférent.

Nous y avons passé deux jours à visiter les principaux points d’intérêt. A pied, visite de notre quartier: les cerro Alegre et Conception où l’on se trouve vite dans un dédale de ruelles toutes plus colorées les unes que les autres.

Puis, nous direction l’avenida Alemania pour un beau panorama sur la ville de ses collines.

Nous prenons un bus local, qui n’avait que faire des innombrables tournants – une expérience en soi, pour rejoindre le cerro Bellavista. Celui-ci abrite l’ancienne demeure de Pablo Neruda et le musée à ciel ouvert qui est composé d’une vingtaine de mur tous peints il y a une vingtaine d’années. Malheureusement, beaucoup sont tagués ou masqués par de nombreux travaux. En tout cas, le contraste est intéressant avec les fresques actuelles.

Passons désormais à la visite des quartiers bas, oú l’on trouve le marché et son premier étage avec un nombre incalculables d’échoppe et encore plus d’alpagueurs. En tout cas, on y mange! Après le marché, quelques blocs plus loin se trouve l’ascenseur Polenco qui date de 1911 et qui permet d’aller visiter le cerro du même nom qui lui est recouvert d’une cinquantaine de fresques des années 2000. C’est très beau, certes, mais on comprend mieux pourquoi ce n’est pas forcément écrit sur les guides touristiques: un autochtone nous dit direct qu’on ferait mieux de ne pas quitter la rue principale, ce n’est pas forcément le meilleur quartier pour se balader. Sans encombre néanmoins, on revient finalement dans le centre.

Après un saut dans le tramway (anciennes rames Lyonnaise ! Et Suisse), on se rend sur la place principale Sotomayor et on fait un tour rapide dans le quartier. Ici idem on n’est pas forcément les bienvenus. 

Du coup, on remonte d’un coup d’ascenseur dans notre joli quartier qui lui est pour le coup parsemé de restaurants chics.

Ici se sont donc deux mondes qui se confrontent sans cesse, une ville aux multiples facettes!

Leave a Reply