Road trip sur l’île de Pâques !

Constatant que les distances sur l’île étaient bien supérieures à celles que l’on avait imaginées et malgré la facilité à faire du stop, nous avons finalement décidé de louer une voiture pour en faire le tour.

Après avoir fait le tour des agences et nous être rendus compte que les prix étaient tous les mêmes, nous sommes passés par le camping pour louer la voiture. C’est bien plus simple au final car l’agence drop la voiture au camping où le contrat de location sera signé le matin à l’heure que l’on aura choisi puis nous n’aurons qu’à garer la voiture au même endroit 24h plus tard pour qu’elle soit automatiquement récupérée.

Nous décollons donc à 10h30 avec notre petit 4×4 en direction de l’usine de chapeaux des Moais que nous n’avions pas fait la veille car beaucoup trop loin à pied finalement. Nous arrivons sur le site, présentons notre billet du parc et entamons la ballade. Cette colline est constituée d’une pierre d’origine volcanique rouge faisant un peu penser à de la pierre ponce. C’est dans cette pierre que les chapeaux des moais ou Pu-Kao sont taillés. Ces grands disques de pierres rouges peuvent faire jusqu’à 3 mètres de diamètre et représente à priori la coiffure traditionnelles des isliens qui ramenaient leurs cheveux en chignons teintés de rouge. Nous ne voyons pas à proprement parlé de carrière mais ça et là sont éparpillés plusieurs Pu-Kao inachevés.

Nous profitions ensuite de la voiture pour nous arrêter un peu plus loin en bord de mer où, il y a quelques années de cela, une coulée de lave s’est jetée dans la mer. Les vagues se fracassent sur le rivage et forme une mini piscine naturelle.

Un peu plus loin, toujours sur la côte sud de l’île, nous traversons plusieurs Ahu dont les moais ont été renversés. On peut se rendre compte de la taille des statues à terre et l’on retrouve les Pu-Kao qui ont roulés bien loin de leurs proprietaires.

On arrive enfin à la fabrique de Moais sur les flancs du volcan Rano Raraku, l’endroit le plus magique de l’île. C’est ici que les moais sont taillés dans la roche grise du volcan. Nous visitons d’abord son cratère puis nous dirigeons vers la fabrique. Les moais sont là en nombre attendant d’être transportés sur leurs ahus. Il y en a de tout genre, long nez, gros nez, petits front, larges épaules. Tous sont impressionnants attendant là que l’on veuillent bien les amener sur leurs ahus depuis tout ce temps. Certains sont encore en court de taille, figés dans le temps, prisonniers de la roche du volcan. Cela dit, vu la taille d’un des specimens, il aurait fallu beaucoup d’efforts pour l’en déloger. Il y a une ambiance unique ici, les moais nous dominent de toute leur grandeur et on est saisis par l’implication et le travail qui à été nécessaire pour dresser tout ces géants.

Nous avons pu voir notre prochaine étape au détour de la précédente ballade. Il s’agit de Tongariki, un des plus grands ahus de l’île, qui à été restaurés par des mécènes japonais. 15 moais y ont été remis debout dont le plus lourd des moais jamais érigés, le monsieur pesant la bagatelle de 86 tonnes. Seul un des moais a encore son chapeau. L’endroit est impressionnant malgré le côté un peu artificiel du site suite aux restaurations. Néanmoins, il permet de se rendre compte de la taille et de l’imposance de l’édifice de l’époque, quand les techniques à la disposition des pascuans étaient toutes autres. Nous reviendrons le lendemain pour y voir le lever de soleil.

On continue notre route et basculons de l’autre côté de l’île sur la plage d’Anakena mais je ne vous en dit pas plus, cela fera l’objet d’un prochain article. Nous rentrons enfin au camping par la route intérieure de l’île.

Le lendemain, le réveil sonne à 6h30, c’est dur mais nécessaire pour refaire tout le trajet de la veille et revoir Tongariki avec le soleil qui se lève juste derrière. C’est sympa. Cependant le fait que le ciel soit nuageux et que finalement le soleil ne se lève pas exactement derrière les moais (trop éloignés du solstice d’été) mais derrière la montagne avoisinante ne donne pas toute la magie du spectacle. C’est qu’on devient difficile !

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Vous vendez du rêve! C’est troooop beau! 😉😘

Laisser un commentaire