Randonnée dans le désert d’Atacama

De retour de l’île de Pâques et après deux jours pas si interessants que ça à Santiago, nous avons pris l’avion jusqu’à Calama. Pas le temps de s’y attarder (nous en aurons le temps plus tard…), nous filons directement à San Pedro de Atacama en minibus, chez El amigo Lucho.

Une fois installés dans notre chambre, nous partons en ville faire le tour des agences pour voir un peu à quelle sauce on se fera manger pour toutes les choses que l’on voudrait faire. Ce n’est que le lendemain que nous partirons​ pour une activité en solo et à pied. Nous quittons donc San Pedro par le sud en direction du nord ouest à travers sable. Et oui, nous sommes dans le désert dès la sortie de la ville et nous nous engageons sur un sentier tracé dans le sable que soulève les rafales de vents. Il n’y a personne et on peut profiter des grandes étendues devant nous tranquillement. Nous cherchons à gagner le Pukara de Quitor, une ancienne forteresse atacamène construite au 12eme siècle. Bon, il s’agit de ruines donc on y verra essentiellement des restes de murs de pierre sur le flanc d’une montagne. On regrette qu’il n’y ait pas au moins une représentation de ce à quoi ça ressemblait avant pour mieux se rendre compte de la place forte que cela fut apparemment. Le chemin qui permet de grimper le long de la forteresse longe la falaise, certains endroits sont donc un peu dangereux à notre goût et il faut faire attention. Cependant, cela nous donne une belle vue de la vallée du rio San Pedro…

Que nous allons devoir traverser à pied par le gué pour rejoindre la piste en direction de la Quebrada del diablo 4 kilomètres plus loin. Nous entamons notre marche en même temps que 3 vélos et 4 chevaux et menons la caravane un bon bout de temps grâce à notre rythme de randonneurs chevronnés. Bien entendu, ils finissent par nous passer devant et nous laissent seul avec le vent qui nous recouvre toujours de sable. On arrive finalement devant l’entrée de la Quebrada après avoir traversé de nouveau un gué, Benjamin se croit dans Indiana Jones et la dernière croisade quand Indi arrive à Petra pour récupérer le Graal. En effet, les pluies ont creusées dans la montagne un canyon tortueux qui va en s’etressiçant au plus on s’y aventure. Le chemin se divise en deux, puis encore en deux. Cela devient un vrai labyrinthe et on se dit qu’en continuant, on peut finir par se perdre. Du coup, nous faisons finalement demi tour et relongeons le rio San Pedro jusqu’à la ville.

Laisser un commentaire