San Pedro de Atacama: la tête dans les étoiles !

Outre les magnifiques paysages qui peuvent entourer la ville,  San Pedro de Atacama est aussi connue de part le fait qu’elle dispose d’une vue incroyable sur le ciel. En effet, nous sommes à une altitude de 2500m, ce qui limite les perturbations atmosphériques qui pourraient gêner l’observation du ciel et surtout, nous sommes en plein désert. Il n’y a donc pas de ville générant de la pollution lumineuse. Le ciel est donc splendide et même sans équipements, nous en profitons tous les soirs.

Il existe cependant des tours organisés pour observer les étoiles, nous décidons donc d’en réserver un dans notre pack d’excursions et un soir, à 22h30, on nous amène à une quinzaine de kilomètres de San Pedro dans le terrain d’un couple passionné par notre univers. On sépare le groupe en deux, d’un côté les anglophones de l’autre les hispanophones et nous entamons la visite de notre cosmos par la découverte des constellations visibles de ce côté de la terre, comment trouver le Sud grâce à la Cruz del Sur ( il n’y a pas d’étoile polaire comme pour nous au Nord), on nous indique les choses à voir avec un laser et bizarrement, c’est très efficace pour pointer les étoiles ! Enfin, les deux planètes visibles en ce moment, sur le plan de l’écliptique, Jupiter et Saturne. Après 45 minutes d’explications nocturnes enroulés dans nos plaids, nous regagnons l’intérieur de la maison pour poser nos questions au chaud avec un verre de vin et des gâteaux apéros.

Puis nous changeons d’interlocuteur et démarrons la séance d’observation grâce aux​ 6 télescopes qui se trouvent dans le jardin. Amas globuleux, différents types d’étoiles, nébuleuses, tout y passe, jusqu’au clou du spectacle : les deux planètes mentionnées precedement. Et de nos yeux, ok à l’aide du télescope, mais de nos yeux tout de même, nous pouvons observer ces deux planètes qui ne sont certes pas plus grosse qu’un grain de maïs dans l’oculaire. Nous distinguons tout de même les satellites de Jupiter qui orbitent autour de la planète et les anneaux pour qui ça tourne autour de Saturne. C’est top !

Le lendemain, on reste dans le même thème puisque nous avions réservé bien en avance notre visite de l’ALMA, l’Atacama Large Millimeter Array situé non loin de San Pedro. C’est un projet international réunissant les différents continents dans le but de construire le plus grand télescope du monde. Pour ce faire,  66 antennes sont réparties sur le plateau de Chajnantor à 5000m d’altitude pouvant créer une antenne de 15 km de diamètres, ce qui donne un niveau de précision jamais atteint auparavant. Il ne s’agit pas ici de télescopes au sens traditionnel et nous ne pouvons voir directement de nos yeux comme la veille. Les 66 antennes permettent de capter différentes longueurs d’ondes dont celles ne faisant pas partie du spectre visible pour nos yeux d’êtres humains. Cela permet donc après traitement des informations reçues, de découvrir des choses inédites puisqu’elles echappaient jusqu’alors à nos yeux. Notre guide nous promène dans les différents bâtiments du site, nous pourrons passer devant les labos de maintenance des antennes, les bureaux des différents techniciens et ingénieurs et enfin, dans la war room où les astronomes réceptionnent et analysent les données. La visite s’achève ici et nous regagnons alors San Pedro, la tête définitivement dans les étoiles.

Leave a Reply