San Pedro de Atacama: L’Altiplano et ses merveilleuses lagunes 

San Pedro se trouve au pied de la chaîne montagneuse des Andes et est entourée de plusieurs volcan culminant à 6000 mètres. Du coup, malgré son apparence d’oasis au milieu d’une plaine infiniment désertique, il est très vite possible de prendre de l’altitude. Ce sont ces contreforts andins, aussi appelé Altiplano, qui seront notre terrain de jeu durant cette magnifique journée d’excursion, une des plus belles que l’on ait faite, c’est vous dire!

Départ de l’hôtel à 7h en direction du Sud. Au total, 3 spots principaux rythmeront cette journée mais en réalité la route en soi constitue également une des attractions phares.  Nous rejoignons le premier spot extraordinaire de cette journée: les lagunas altiplanicas Miniques et Miscanti où nous est servi un petit déjeuner de roi (encore faut il vouloir sortir les doigts du manteau, glagla).

Ces lagunes sont surplombées par des volcans qui se reflètent à la surface de l’eau, on dirait des peintures! Des vicunas broutent tranquillement autour, tandis que de notre côté, nous empruntons le chemin de terre entre les deux lagunes pour une petite balade, à plus de 4000 mètres.

Il est temps de repartir, pour se diriger vers les piedras rojas. Il s’agit d’une coulée de l’unique volcan au monde ayant une lave ferrugineuse. Résultat, quand celle ci a touché de l’eau, elle s’est solidifiée en formant des amas rouges. La lagune est bleue turquoise et les montagnes qui l’entourent sont couvertes de résidus de minéraux leur donnant toute sorte de couleur. Du coup, le paysage semble presque irréel (le froid combiné au vent se charge de nous rappeller que si, c’est bien réel !!).

La route défile et ne nous lasse pas tant les paysages sont différents. Nous ferons également des pauses observation de la faune.

Petite halte déjeuner et nous roulons vers la dernière halte paysage: la lagune Chaxa et ses flamants roses. Ils ne semblent pas farouches et on peut admirer le pas de danse de l’une des deux espèces, le chileno. En effet, pour récolter ses proies il tourne sur lui-même en grattant le sol.

C’est l’heure de rentrer, nous ferons une mini pause « touriste » au village de Toconao pour aller voir le toit en bois de cactus de la petite église blanche, le reste est constitué d’artisanat et d’un cactus défraîchi.

Laisser un commentaire